accueil | login | contact
Modules
· Accueil
· Archives
· Articles
· Membre
· Rechercher
· Sondages
· Sujets
· Top 10

A la mémoire de ...

Aaron Ben Attar
Sarah Cario Ben Attar
Mathilde Ben Attar
Yvette Ben Attar
Lazare Cario
Belline Cario
Maurice Ben Attar

Morts à Auschwitz



AUSCHWITZ
Vous êtes ici/HISTOIRES(S)/Georges Ben Attar/AUSCHWITZ/Page: 4/5

Survivre (suite)

A cette époque, les Allemands vont déporter massivement les juifs Hongrois : 300 000 ou 400 000 personnes seront conduites vers les camps. Les Hongrois amenaient avec eux des sacs de provisions contenant, entre autres, des tonnes de potage en poudre, appelé par ailleurs à cette période en France : potage de Hongrie. Les Allemands utilisaient ces provisions pour préparer la soupe du camp.

Cela explique pourquoi, pendant trois ou quatre mois, nous avons eu à Auschwitz une soupe assez consistante et nourrissante avec un goût de légumes secs et de viande. A ce moment-là, j'arrivais à manger 5 à 6 litres de cette soupe tous les jours. Je vais alors reprendre du poids. A mon arrivée au camp, le 11 octobre 1943, je pesais 70 kg et au mois de décembre 1943 mon poids n'est plus que de 45 kg. Le 18 janvier 1945, au moment de l'évacuation, après l'épisode du potage de Hongrie, je pèserai environ 67 kg.

Régulièrement, des sélections de « Musulmans » avaient lieu dans le camp d'Auschwitz. Les « Musulmans », ce sont les déportés, parvenus au dernier degré de l'épuisement, à bout de force, hagards. Le 18 janvier 1944, je suis retenu dans une sélection parmi 600 juifs. On nous entasse en quarantaine à l'étage du block 2 A, sans nourriture, avec juste un peu de paille.

Le 19 janvier 1944, la situation reste identique. Le 20 janvier 1944, maintien de la même situation jusqu'à midi. A ce moment-là, nous avons droit à une distribution de soupe de la veille. A 14 heures, on nous apporte de la soupe de l'avant-veille et à 17 heures, dernière distribution, il s'agit de pain de l'avant-veille.

La nuit se passe et le 21 janvier 1944, à 6 heures du matin, l'ensemble des 600 détenus de la sélection du 18 janvier 1944 est présenté devant une contre-sélection. Il s'agit-là d'un événement unique dans toute l'histoire de ce camp, une telle situation ne se reproduira jamais.

Sur les 600 "Musulmans", 400 déportés sont renvoyés au travail dans le camp. Et je fais partie de ces 400 détenus...

Les 200 autres, les plus faibles, les plus maigres, sont conduits sur le champ vers les chambres à gaz et les fours crématoires. Nous avons appris un peu plus tard qu'à cette date une commission de la Croix-Rouge Internationale, venant en mission de Genève, s'était présentée au médecin-chef allemand du camp. Je pense que cette commission a (justement) influencé cette contre-sélection : je l'ai donc échappé belle !




Page Précédente Page Précédente (3/5) - Page Suivante (5/5) Page Suivante


Content ©
Accueil | Ajouter un article | Histoire(s) | Rechercher | Liens Web


Tranche de Survie © 2005 AMBA & Helene Ben Attar Fernandez. Tous droits réservés.

Tous les logos et marques sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs.PHP-Nuke Copyright © 2005 by Francisco Burzi. PhpNuke est un logiciel libre distribué sous licence GPL.